La preuve n’est plus à faire : le vélo est sans conteste le moyen de transport le plus rapide en ville pour de courtes distances. Et nos voisins du nord ont encore trouvé un moyen supplémentaire pour améliorer la circulation des cyclistes en ville : la green wave.

Probablement connaissez-vous le phénomène de la green wave – ou "onde verte" en français. Il s’agit d’une technique de régulation de la circulation sur un axe entrecoupé par une succession de carrefours à feux. Après la première intersection, le conducteur qui respecte la vitesse autorisée bénéficiera de l’onde verte, c’est-à-dire qu’il ne rencontrera aucun feu rouge sur son passage. Au contraire, le chauffeur trop pressé se trouvera bloqué à l’intersection suivante. Ce principe très simple de synchronisation des feux permet donc de moduler la vitesse du trafic et favorise une conduite fluide de la part des usagers, plus sécurisante et plus respectueuse de l’environnement. Le système, lorsqu’il est adapté à la conduite automobile, s’avère cependant défavorable au cycliste moyen.

Une fois encore, les villes exemplaires en matière de vélos se sont montrées résolument modernes en instaurant des green waves cyclistes. Pour Copenhague, l’aventure a débuté en 2007 sur quelques voies particulièrement fréquentées (plus de 25 000 vélos par jour). Sur l’avenue Nørrebrogade (35 000 cyclistes par jour), le système a été programmé pour que les cyclistes puissent circuler à une vitesse d’environ 20 km/h. Dans le sens périphérie-centre le matin, et dans le sens inverse le soir. Et ça marche ! Alors que la vitesse atteignait 15,5 km en moyenne sur ces voies, comme partout ailleurs dans la ville, les compteurs y affichent à présent une vitesse moyenne de 20,3 km/h. Sans compter que la fluidité du trafic cycliste générée par la green wave accroît la sécurité sur ces voies. Toujours au Danemark, la ville d’Odense a adopté le principe, en y ajoutant même une innovation : l’installation, le long des voies cyclables, de bornes lumineuses vertes qui rythment l’allure des cyclistes jusqu’au feu suivant.

Amsterdam a emboîté le pas : on connaît d’ailleurs le caractère pionnier des Pays-Bas en matière de signalisation.

Alors… à quand les green waves cyclistes en Belgique ?

Florine Cuignet

9883 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ