Le péage urbain est un outil efficace pour réduire la pression automobile dans les zones congestionnées. Il peut constituer en outre un moyen de soutenir le développement du vélo, comme le démontre la comparaison de quatre péages urbains européens réalisée par la fédération européenne des cyclistes (ECF).

Le coût des embouteillages européens s’élèverait à environ 100 milliards d’euros par an, sans compter les externalités négatives qui leur sont liées : pollution de l’air, pollution sonore… La mise en place d'un péage urbain peut solutionner en partie ces problèmes.

Mais un péage n'est pas l'autre. Les résultats dépendent de divers paramètres : surface concernée, montant du péage, allocation des recettes... 

Comparaison de 4 dispositifs de péages urbains
 londresmilanGöteborgStockholm
Année d'introduction2003201220132007
Revenus nets du péage (en millions d'€)238137463
% des revenus alloué à des mesures "vélo"env. 5 %env. 23 %faible (pas de données disponibles)env. 0%
types de mesures "vélo" diverses : infrastructure, planification, sécurité routière...extension du service de vélos partagésinfrastructure (parking y compris)améliorations mineures
développement de la pratique du vélo+ 66 % - diminution des accidentsforte augmentation de l'utilisation du vélo en libre-serviceà mesurer+ 66% (correspond à la tendance antérieure)

Effets du péage urbain à Milan et Londres

Londres et Milan, qui consacrent une part des recettes du péage à des mesures vélo, enregistrent des résultats très positifs.  À Stockholm, le développement du vélo est financé via d'autres moyens : les résultats positifs correspondent à une tendance antérieure à l'introduction du péage. Les recettes engrangées grâce au péage sont quant à elles investies dans la construction d'infrastructures autoroutières autour de la ville : à terme, ce choix risque de générer plus de trafic et de neutraliser les effets positifs du péage. 

Planifier l'allocation des recettes est donc un élément clé du succès d'un péage. L'ECF plaide pour que les revenus soient consacrés à développer les transports publics et le vélo : non seulement pour renforcer la réduction du trafic automobile, mais aussi pour assurer un plus grand soutien public à une mesure pas toujours très populaire. 

Florine Cuignet


En savoir plus

► Le document complet "Congestion charges and cycling" (ECF)

9883 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ