Le Grand Lyon vient d’entamer la construction de ce qui deviendra probablement le plus grand ouvrage du genre: un tunnel sécurisé dévolu à la mobilité active. D’une longueur de 1750 mètres, le tunnel de la Croix-Rousse reliera les quais de Saône et du Rhône et permettra aux cyclistes d’éviter la centaine de mètres de dénivelé que représente la colline de la Croix-Rousse.

Tunnel modes actifs à LyonRéglementation oblige, le tunnel automobile de la Croix-Rousse devait être doublé par une galerie de sécurité. L’idée d’aménager ce second tunnel pour les modes doux et les transports en commun a fini par s’imposer. Les dix mètres de largeur seront répartis entre les cyclistes, les bus, et les piétons qui circuleront sur un cheminement central physiquement séparée des autres voies.

En moyenne, il faudra compter une demi-heure de marche pour parcourir les 1750 mètres de tunnel, et dix minutes à vélo. Une traversée en espace fermé qui pourrait provoquer, chez certains usagers, un sentiment d’anxiété. C’est pourquoi les concepteurs se sont adjoints l’aide d’un psychiatre pour aménager le tunnel.

Le sentiment de sécurité sera une priorité: le parcours sera intégralement illuminé et équipé de caméras de vidéosurveillance. C’est à un artiste lyonnais que reviendra la tâche de réaliser un parcours ludique et culturel via la projection d’images et de vidéos sur les parois.

Les cyclistes devraient pouvoir emprunter ce tunnel cyclable dès 2014. Aucun aménagement n’a cependant été prévu jusqu’à présent pour sécuriser l’accès au tunnel pour les vélos, ainsi que l’a regretté l’association cycliste lyonnaise La Ville à vélo. Le projet, estimé à une trentaine de millions d’euros, en enterre néanmoins un second, plus ancien celui-là: l’aménagement de l’ancien funiculaire en un remonte-pente afin de faciliter l’accès à la colline de la Croix-Rousse aux vélos.

Florine Cuignet

9900 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ