Aux yeux de nombreux ménages, la voiture est irremplaçable pour effectuer les courses, essentiellement en raison du volume à transporter, des personnes à véhiculer et des distances à parcourir. Des arguments battus en brèche par les résultats d’une récente étude menée à Graz par l’association cycliste autrichienne ARGUS.

stationnement vélo devant commerce

L’étude a porté sur l’observation de 1635 achats effectués auprès de magasins situés en zone urbaine (excluant donc les centres commerciaux situés en périphérie) : magasins discount, magasins de proximité et magasins de bricolage, tous disposant de stationnement pour les voitures et pour les vélos. Des personnes expérimentées dans le transport des marchandises à vélo ont été chargées d’évaluer le volume et le poids des achats, afin de déterminer s’ils pouvaient être transportés à vélo.

Il ressort de ces observations qu’en termes de volume, 94 % des achats auraient pu être réalisés à vélo (dont 14 % avec l’aide d’une remorque), une proportion qui atteint même 99% dans le cas des magasins de proximité. La voiture aurait été nécessaire dans seulement 6% des cas. Dans les faits, la voiture a été utilisée dans 77% des cas, et le vélo dans seulement 4%. L’ARGUS note également qu’entre 53% et 74% des achats ont été effectués par des personnes seules.

L’association montre en exemple le cas extrême de la Mariahilfer Straße, une des plus grosses artères commerçantes de la capitale, dans laquelle seuls 8% des clients effectueraient leurs achats en voiture.

Florine Cuignet

9881 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ