Certains gestionnaires de voirie souhaitent, légitimement, empêcher les engins motorisés de s'engager sur leurs voies vertes. Petit souci : il n'existe, à l'heure actuelle, aucun dispositif qui permette de bloquer l'accès aux deux-roues motorisés tout en laissant passer facilement les vélos.

Dispositif anti-moto (Pays de Galles)Qui n'a jamais été irrité par le bruit et les gaz d'échappement d'un scooter sur un chemin réservé aux non motorisés ? Sans parler du danger induit par la vitesse de ces engins. C'est donc une préoccupation toute légitime des gestionnaires de voiries de garder hors de leur domaine les motocyclettes en tout genre.

Hélas, dans le meilleur des cas ces dispositifs freinent considérablement les vélos, les obligeant à mettre pied à terre. Dans le pire des cas, cela rend le dispositif infranchissable avec des vélos plus larges et plus lourds.

En Belgique comme en France

L'asbl Chemins du Rail a mené une étude à ce sujet pour le compte de la Wallonie. Ses conclusions en 2006 étaient déjà claires : "La pratique générale des voies vertes montre qu’il n’existe pas de solution efficace contre les motos (ni contre les quads) qui ne dissuade ou n’empêche en même temps la plupart des usagers non motorisés que l’on veut justement favoriser."

Plus récemment, le Cerema (centre de recherche français) rapportait cet été : "Le conseil départemental du Tarn-et-Garonne a pris la décision de supprimer tous les dispositifs anti-accès motorisé de son linéaire de voies vertes. Il s'agit essentiellement de la voie verte du contre-canal de la Garonne (65 km). La raison essentielle de ces suppressions était le coût de remplacement suite au vandalisme. Ces suppressions ont été accompagnées d'un renforcement des patrouilles de gendarmerie. À ce jour, le conseil départemental ne constate pas d'intrusion de véhicules motorisés sur ses voies vertes."

Barrière anti-vélo écluse de Namur

Passage sur l'écluse de la Meuse à Namur (Belgique)

Barrière anti-moto Loos en Gohelle (France)

Accès à la ceinture verte de Loos-en-Gohelle (France)

On constate par ailleurs un impact négatif sur la fréquentation des itinéraires cyclo-piétons avec ces contrôles d'accès. Certains dans l'Horeca s'en plaignent amèrement. Tout ceci conduit certains pouvoirs publics à, logiquement, démanteler ces obstacles. Une décision que toutes les associations cyclistes voudraient voir généralisée !

Luc Goffinet

En savoir plus

9900 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ