Le vélo: un mode de déplacement plébiscité notamment par les personnes soucieuses de l’environnement. Aujourd’hui, un constructeur de cycle américain propose de pousser la logique un peu plus loin, avec deux modèles de vélos “écologiques”, conçus de manière à minimiser l’impact du produit sur l’environnement.

Trek a lancé récemment deux modèles de vélos fabriqués selon son programme d’éco-conception “Trek Eco Design”. Celui-ci se base sur la méthodologie Okala, qui évalue l’impact écologique global d’un produit en tenant compte de sa fabrication, de son utilisation, de sa fin de vie et de son transport. L’objectif est donc de tenir compte de l’intégralité du cycle de vie des vélos afin que ceux-ci soient le moins polluant possible.

Pour la confection des cadres, le choix du constructeur s’est porté sur l’acier : un alliage solide, entièrement recyclable, réputé moins toxique et nécessitant moins d’étapes de fabrication que d’autres matériaux. Si la majorité des composants proviennent d’Asie, un choix très certainement discutable, Trek déclare privilégier des distributeurs proches de ses usines, afin de réduire les émissions dues au transport. Les finitions ne font pas exception à la règle. Par exemple, l’utilisation de la peinture poudrée (et sans solvants) permet de réduire le gaspillage par rapport à des peintures en sprays. 

Les pneus sont constitués de caoutchouc provenant d’un fournisseur qui pratique la récolte durable. Ils sont facilement recyclables, tout comme la selle et les poignées de guidon. Les modèles sont équipés de dynamos pour éviter la consommation de batteries et l’un des deux modèles possède un double porte-bagage, confirmant ainsi sa vocation utilitaire.

Réduction des coûts? Argument de vente? Quelles que soient les motivations réelles derrière le “Trek Eco Design” et les critiques qu’on peut lui adresser, il s’agit sans conteste d’une idée à développer!

Florine Cuignet

9899 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ