Dans les collectivités proches de la Forêt impénétrable de Bwindi, en Ouganda, la journée d’une femme se résume bien souvent aux tâches domestiques : veiller sur les enfants, faire le ménage, s’occuper du jardin, aller chercher de l’eau… Ce qui, au final, ne leur laisse pas de temps pour exercer une activité commerciale. “Ride 4 a Woman” s’est donné pour mission d’autonomiser ces femmes, tant sur le plan social qu’économique, grâce au vélo.

Ride 4 a Woman

Le challenge est de taille, dans ce contexte culturel qui ne voit pas d’un bon œil les femmes rouler à vélo, et encore moins les réparer. C’est pourtant la voie qu’a choisie l’association afin de développer l’économie locale. “Ride 4 a Woman” a mis sur pied un service de location de vélos et de tours guidés pour les touristes qui visitent la Forêt impénétrable. Grâce aux revenus générés par cette activité touristique, mais aussi aux dons de partenaires, l’association a débuté cette année la construction d’un centre de formation où les femmes pourront apprendre de nouvelles compétences qui leur permettront de développer une activité commerciale. Parmi ces formations: un atelier de réparation de vélos, utile pour l’entretien des vélos destinés à la location, mais aussi pour que ces femmes puissent posséder leur propre vélo en état de marche.

“Ride 4 Woman” souligne que le vélo est six fois plus rapide que la marche: cela représente un gain de temps considérable sur les longues distances que ces femmes sont appelées à parcourir régulièrement. Du temps libéré qu’elles pourront mettre à profit pour participer aux activités du centre.

Florine Cuignet

9900 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ