La vitesse excessive est la principale cause d’insécurité sur nos routes, et le milieu urbain ne fait pas exception à la règle. Pour réclamer davantage de contrôles de vitesse et inciter les automobilistes à lever le pied en ville, les associations cyclistes GRACQ, Fietsersbond et EUCG, ainsi que l’association Parents d’Enfants Victimes de la Route se sont adjoint l’aide de coureurs cyclistes et d’un “speed gun”, le temps d’une action qui s’est tenue ce vendredi 17 octobre 2014 le long du boulevard Pachéco.

Le boulevard Pachéco est limité à 30 km/h, nombreux sont ceux qui dépassent allègrement cette limite, comme l’a démontré l’action de ce vendredi. Le “speed gun” dégainé pour l’occasion a même enregistré une pointe dépassant le 60km/h ! À l’extrémité du tronçon, les automobilistes se voyaient attribuer des smiley contents ou fâchés, en fonction de leur comportement. 

Plus de contrôles pour plus de sécurité

Au travers de cette action, les associations entendaient réclamer un meilleur respect des limites de vitesse. Un respect qui passe nécessairement par davantage de contrôles, en milieu urbain également. Selon l’IBSR, la vitesse excessive reste, de loin, la principale cause d’insécurité sur nos routes. C’est de plus en agglomération, où les piétons et les cyclistes sont nombreux, que le sentiment de danger lié à la vitesse est le plus ressenti.

“Le succès du « flash marathon » organisé la semaine dernière a de nouveau prouvé la nécessité de tels contrôles”, rappellent les associations. “Mais ils n’ont de sens que s’ils sont suffisamment nombreux et ne sont pas annoncés à l’avance, pour que les automobilistes cessent de s’imaginer qu’ils peuvent rouler trop vite en toute impunité. Une vitesse adaptée sur nos routes est une condition sine qua non pour y améliorer la sécurité.”

Les associations n’ont pas manqué de rappeler quelques chiffres avancés par la police : la vitesse excessive ou inadaptée est la cause d’un tiers des accidents avec lésions corporelles et représente une des causes principales des accidents graves et mortels. Pour rappel, le risque de décès pour un piéton est de 2% pour un impact à 30 km/h, un risque qui passe à 8% pour 50 km/h, et à 50% pour 75 km/h.

   

9900 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ