La rue de la Loi est actuellement en travaux : la circulation automobile s’organise sur deux voies au lieu des quatre bandes habituelles. Pour les associations cyclistes GRACQ , Fietsersbond et EUCG, il s’agit d’une réelle opportunité pour tester, à l’issue des travaux, une nouvelle configuration à trois bandes, afin de proposer sur cet axe un aménagement plus adapté pour les cyclistes et les piétons.  

La rue de la Loi est l’un des axes majeurs du réseau cyclable régional. Elle enregistre l’un des taux de fréquentation cycliste les plus élevé de la capitale : en septembre dernier, on y dénombrait plus de 900 cyclistes par heure, avec une progression du nombre de cyclistes de 40% entre 2015 et 2016

Rue de la Loi

Pourtant, malgré le flux important de cyclistes, ceux-ci ne bénéficient sur cet axe que d’un aménagement trop étroit, sur un trottoir où circulent également de nombreux piétons. Un aménagement inadapté qui est à l’origine de bon nombre de situations conflictuelles. Envisager la réaffectation d’une bande de trafic à la circulation des modes actifs permettrait d’élargir l’espace pour les piétons et d’aménager une piste cyclable séparée pour les cyclistes

"La situation actuelle est une réelle opportunité de tester, à l’issue des travaux, une configuration à trois bandes de circulation, ce qui permettrait de consacrer la bande de droite aux cyclistes en attendant un véritable réaménagement. À l’heure où les Bruxellois sont de plus en plus nombreux à réclamer une ville plus "vivable", il serait difficilement compréhensible que les autorités régionales, qui déclarent par ailleurs vouloir encourager le vélo, ne saisissent pas cette chance. En 2002, lorsque les cyclistes étaient encore peu nombreux, il a fallu du courage politique pour défendre l’aménagement actuel sur la rue de la Loi. Aujourd’hui, l’évidence s’impose d’elle-même : c’est une question de logique."

La demande est d’autant plus justifiée que cette nouvelle configuration serait cohérente par rapport à d’autres projets : le piétonnier du centre-ville, le réaménagement du rond-point Schuman ou encore les pistes cyclables le long de la petite ceinture.

Les associations soulignent enfin qu’en l’absence d’un accord entre autorités régionales et communales quant à un aménagement cyclable sur la rue Belliard, l’amélioration de l’infrastructure actuelle sur la rue de la Loi constitue la seule réelle alternative pour les cyclistes. 

Florine Cuignet

8528 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ