Le prix de l’essence a atteint mercredi un nouveau record, alourdissant ainsi le budget “déplacements” de nombreux ménages. Pour le GRACQ, c’est un signe supplémentaire de la nécessité de développer les modes de déplacement actifs. Le vélo constitue une solution concrète et durable face à la hausse des prix du carburant, à condition qu’on lui en donne véritablement les moyens, rappelle l’association cycliste.

Le prix record du carburant enregistré mercredi illustre non seulement les limites du “tout à la voiture”, mais constitue surtout un argument de poids en faveur des modes de transport actifs : l’essence la moins chère est encore celle que l’on ne consomme pas. Réduire – à court terme – la facture des ménages à la pompe ne fera que renforcer notre dépendance à l’essence et à la fluctuation du cours du pétrole.

En Belgique, bon nombre de trajets pourraient être effectués sans une seule goutte de carburant : selon le Service Public Fédéral de la Mobilité, 80% de nos déplacements sont inférieurs à 20km et pour la moitié d’entre eux, la distance parcourue est même inférieure à 3km. Le vélo possède donc un potentiel indéniable, qui ne demande qu’à être concrétisé. Favoriser les déplacements à vélo constitue en outre une solution durable contre la hausse incessante des prix du pétrole, ainsi qu’une solution rentable : alors que l’automobiliste coûte 0,10€ par kilomètre à la collectivité, le cycliste lui rapporte 0,16€ sur cette même distance.

Nos gouvernements se doivent dès lors d’assurer des conditions de sécurité et de confort optimales pour encourager les déplacements à bicyclette. Le GRACQ – Les Cyclistes Quotidiens réclame pour ce faire une série de mesures, à tous les niveaux de pouvoir, telles que la création et l’entretien de cheminements cyclables sécurisés, le développement de parkings vélo adaptés, le renforcement de l’intermodalité, une fiscalité et un code de la route plus favorables aux cyclistes… Pour que le vélo devienne une réelle option au sein de l’offre globale de transport et que le “plein des sens” à vélo soit accessible au plus grand nombre.

Éric Nicolas

9900 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ