"L'école doit-elle apprendre à nager ?" se demande Le Soir dans son édition du 8 septembre1. C'est une bonne question. Outre l'apprentissage strictement scolaire, l'école devrait s'atteler à d'autres missions.

Rentrée des classes à Arlon

L'afflux des voitures aux abords des écoles est un facteur notoire d'insécurité. De ce fait, beaucoup de parents répugnent à laisser leurs enfants aller à l'école à pied ou à vélo et les y conduisent en voiture, contribuant ainsi à l'insécurité qu'ils dénoncent.

Aller à vélo à l'école ? Oui, si l'infrastructure est sécurisante et si les jeunes cyclistes ont eux-mêmes une compétence suffisante pour rouler en sécurité. Le Brevet du Cycliste organisé par Pro Velo est un pas dans la bonne direction, mais il dépend de la bonne volonté et de la conviction des directions d'école et du corps enseignant. Ces acteurs seraient confortés dans la démarche si l'apprentissage du vélo était obligatoire dans l'enseignement dès la cinquième primaire.

A vélo à l'école

Apprendre à rouler à vélo, un apprentissage de la conduite

Bien souvent, les parents refusent à leurs enfants l'usage d'un vélo, voire d'un cyclomoteur, jugé trop dangereux. Quelle est la conséquence ? N'ayant pas la pratique du vélo, les apprentis conducteurs de voiture n'ont, à 17 ou 18 ans, aucune expérience de la voie publique. Ayant été depuis le plus jeune âge passager d'une voiture ou du bus, ils ne connaissent ni l'infrastructure, ni le comportement des autres conducteurs. Ils se retrouvent alors aux commandes d'un véhicule d'une puissance insoupçonnée qui, non maitrisée, est génératrice d'accidents.

N'est-ce pas là une des causes du nombre élevé de victimes d'accidents parmi les jeunes ? Autrement dit, la sécurité sur nos routes commence par l'usage régulier du vélo, dont l'apprentissage en toute sécurité serait assuré par l'école. Quel-le ministre voudra intégrer cette compétence au cursus scolaire ?

Bernard Dehaye

1. Cette carte blanche a été rédigée en réaction à l'article "L'école doit-elle apprendre à nager?" parue dans "Le Soir" du 8 septembre 2015.

9900 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ