"−7 % de trafic routier à Bruxelles en dix ans" : impossible de passer à côté de ce chiffre largement relayé par les médias. Le GRACQ et le Fietsersbond se réjouissent de ce signal encourageant, mais soulignent que de gros efforts devront encore être consentis pour développer des alternatives à la voiture privée – dont le vélo – et réduire ainsi les embouteillages. Le trafic automobile constitue en effet l’obstacle majeur à la mise en selle des Bruxellois-es.

En région bruxelloise, 57% des déplacements font moins de 5km, et 24% sont même inférieurs à 1 km 1 ! Quand on sait que le vélo est le mode le plus efficace en ville pour des trajets jusqu’à 5 km, on imagine tout son potentiel. Pourtant, la densité du trafic routier reste un frein majeur à son développement. L’Observatoire du vélo a en effet démontré que le principal obstacle à la mise en selle des Bruxellois-es est l’inconfort lié au trafic automobile (bruit, pollution…), suivi directement par le sentiment d’insécurité sur la route2.

Embouteillages à Bruxelles

Les associations cyclistes ne peuvent donc que se réjouir de la diminution du trafic à Bruxelles, qui constitue un premier pas dans la bonne direction. Néanmoins, on est encore loin des objectifs du Plan régional de mobilité IRIS 2, qui prévoit une réduction de la pression automobile de 20% à l’horizon 2018. Or il s’agit là d’un enjeu majeur en région bruxelloise. Dans un contexte d’accroissement démographique, la réduction des embouteillages passera nécessairement par un report modal en faveur du vélo, de la marche et des transports publics. Le développement de ces alternatives à la voiture privée ne peut se faire indépendamment d’une réallocation, plus équitable, de l’espace public.

Et c’est précisément là que le bât blesse : malgré les bonnes intentions d’IRIS 2 (réduction de 20% de la pression automobile, 100% des voiries cyclables), les associations cyclistes regrettent que les autorités ne se donnent pas suffisamment les moyens de leurs ambitions. Les atermoiements sans fin concernant le réaménagement du boulevard Général Jacques en sont encore un récent exemple.

Florine Cuignet

1. Rapport Belgian Daily Mobility (BELdam), 2012.

2. Enquête sur les obstacles à l’utilisation du vélo en ville, Pro Velo, 2011.

9892 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ