Ils ont tous répondu “présent” à l’appel des associations cyclistes GRACQ et Fietsersbond. Ce jeudi 18 septembre, à l’occasion de la Semaine de la Mobilité, c’est à vélo que le gouvernement bruxellois s’est rendu au conseil des ministres. À l’issue d’un petit trajet à vélo, chacun des membres du gouvernement s’est vu remettre une liste de mesures adaptées à leurs compétences respectives afin de promouvoir l’utilisation du vélo en région bruxelloise. C’est dans une ambiance décontractée et sous une météo radieuse que s’est déroulé ce premier contact des cyclistes bruxellois avec les nouveaux ministres et secrétaires d’État régionaux. 

Au travers de sa déclaration de politique régionale, le gouvernement s’est engagé à développer une politique qui garantisse une meilleure qualité de vie dans tous les quartiers. Des quartiers propres, sûrs, avec moins de pollutions sonore et visuelle, une ville moins embouteillée et où l’on respire mieux. Cette vision de la ville va de pair avec le développement de la mobilité active et donc du vélo, ainsi que le gouvernement n’a pas manqué de le souligner.

Gouvernement bruxellois à vélo

Quand on parle de développer le vélo, on pense tout de suite “mobilité” et “travaux publics”, deux compétences dont a hérité le ministre Pascal Smet. Mettre en place une réelle politique cycliste ne concerne pourtant pas l’un ou l’autre ministre, mais bien chacun des membres du gouvernement, au travers de leurs compétences respectives”, ont rappelé les associations cyclistes. Chacun des membres du gouvernement a donc reçu un courrier reprenant quelques points particuliers sur lesquels il peut agir dans le cadre de sa fonction pour faire de Bruxelles une ville où il fait bon pédaler. 

Le GRACQ et le Fietsersbond ont ainsi pu mettre en évidence une série de demandes contenues dans le mémorandum publié à l’occasion des élections régionale du 25 mai dernier, tels la lutte contre le vol, la réduction de la pression automobile, une meilleure qualité de l’air, des formations à la mobilité active dans les écoles, ou encore le soutien au secteur professionnel du vélo.

Florine Cuignet

Photos : Thierry Mercier

9883 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ