Alors que les plans se multiplient en région bruxelloise, faisant de Bruxelles une ville cyclable sur papier, la réalité est loin d’être rose pour les cyclistes de la capitale. Pour le GRACQ et le Fietsersbond, cette situation est inadmissible ! Et les associations cyclistes entendent bien le faire savoir ce samedi 18 juin, lors de leur action “Tirez votre plan !”

Ces dernières années, de nombreux plans ont été élaborés en région bruxelloise. Après le plan de mobilité régional “Iris”, est arrivé le plan “Iris 2”, les 19 communes bruxelloises rédigeant par ailleurs chacune leur propre plan de mobilité. Un deuxième plan vélo régional vient d’être présenté alors que le premier n’a été que partiellement exécuté. Un plan d’actions régional de sécurité routière a également été lancé cette année, sans compter le plan régional de développement (PRD) ou encore le plan régional de développement durable (PRDD) en préparation. Au total, ce sont pas moins de trente plans qui devraient rendre la vie du cycliste bruxellois plus agréable.

Pourtant, leur exécution est à la traîne et sur le terrain, les cyclistes doivent encore et toujours se débrouiller. Carrefours dangereux, pistes cyclables manquantes ou mal entretenues, axes difficilement franchissables et situations surréalistes sont leur quotidien.

Action \"Cycliste, tire ton plan\"Sur les 19 itinéraires cyclables régionaux (ICR) prévus, seuls cinq ont été finalisés. Alors que la Région bruxelloise déclare vouloir rendre les grands axes cyclables d’ici la fin de la législature, les pistes cyclables séparées nécessaires ne sont pas toujours prévues et les infrastructures cyclables existantes manquent d’entretien. D’importants points noirs, comme la porte de Ninove ou la place Sainctelette, restent de vraies barrières à la circulation cycliste. Et certaines communes rechignent encore et toujours à empiéter sur l’espace dévolu à l’automobile pour restituer une part d’espace public aux cyclistes.

Au niveau de la Région et de certaines communes, la volonté de travailler à l’élaboration d’une ville cyclable est pourtant présente. Pour y parvenir, encore faut-il que tous les acteurs travaillent ensemble et cessent de se mettre des bâtons dans les roues. Les objectifs du plan “Iris 2″ doivent être portés et réalisés par toutes les autorités compétentes : la Région, les communes, le fédéral (Beliris) et la STIB.

Ce samedi 18 juin, les associations cyclistes se posteront à la place Sainctelette afin de distribuer aux cyclistes des kits “Tire ton plan”. Pour protester contre cette situation inadmissible, mais aussi pour rappeler que tous les acteurs doivent travailler main dans la main pour faire de Bruxelles une vraie ville cyclable. Parce que les cyclistes en ont assez de devoir tirer leur plan.

Luc Degraer

9900 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ